BAR-LE-DUC (Ferdeus)

Ce n'est peut-être plus la Belgique
Mais ce n'est pas encore la France
Le bulletin météorologique
N'accorde pas la moindre chance
Aux feux du soleil

Dans des ruelles humides et brumeuses
Des vieillards confits de gentiane
Défilent en fredonnant « Sambre et Meuse »
Entre deux rangées de platanes
Où des pies bégayent

Mille souvenirs seront caducs
Avant un an ou deux mais
Ce week-end à Bar-le-Duc
Ne disparaîtra jamais

Des enfants en habits du dimanche
Promènent leur ennui comme un chien
Ils voudraient vivre comme des Comanches
Et ils vivent comme des Autrichiens
Leur far-west s'estompe

Tout au fond des salons de coiffure
Des épouses fanées d'avocats
Noient si bien leurs envies d'aventure
Dans le récit de leurs tracas
Que leur âme s'y trompe

Mille souvenirs seront caducs
Avant un an ou deux mais
Ce week-end à Bar-le-Duc
Ne disparaîtra jamais

Dans le noir
Ni dans le blanc d'un trou de mémoire

Aujourd'hui, la ville entière est grise
D'un ciel à tourner claustrophobe
Aux clochers lugubres des églises
Et des costumes des hommes aux robes
Des pigeons lorrains

J'ai vu Paris, Berlin et Sarrebrück
Mais à mes yeux aucune n'égale
L'illustre cité de Bar-le-Duc
Quand on flâne au bord du canal

De la Marne au Rhin



////
Tina Cylence : chant, guitare
Clovis Ferdeus : chant, instruments divers