L'INFARCTUS DU MYOCARDE (Ferdeus)

Depuis plusieurs minutes, je sens peser sur ma poitrine
Une barre en fer massif, une barre à casser des vitrines

Je serai mort avant la nuit
Ce n'est pas la peine de m'appeler une ambulance
Que tous les hommes auxquels j'ai nui
Me pardonnent, ce soir, je tirerai ma révérence

A présent la douleur s'étend de l'épaule à l'épaule
Il me vient des grimaces, je m'obstine à trouver drôles

Je serai mort avant la nuit
Ce n'est pas la peine de m'appeler une ambulance
Que toutes les femmes auxquelles j'ai nui
Me pardonnent, ce soir, je tirerai ma révérence


J'aurais pourtant bien voulu apprendre à jouer du violoncelle
Et voir la Grand-Place de Bruxelles

Je transpire à torrent, je tousse, je crache et je suffoque
Je mugis comme un boeuf avant de rugir comme un phoque

Je serai mort avant la nuit
Ce n'est pas la peine de m'appeler une ambulance
Que toutes les bêtes auxquelles j'ai nui
Me pardonnent, ce soir, je tirerai ma révérence


J'aurais pourtant bien voulu apprendre à planter une aubergine
Et faire du sport en Engadine

Je nage dans un brouillard où seuls quelques fantômes émergent
Bientôt, je vais vomir mon dernier potage aux asperges

Je serai mort avant la nuit
Ce n'est pas la peine de m'appeler une ambulance
Que tous les êtres auxquels j'ai nui
Me pardonnent, ce soir, je tirerai ma révérence


J'aurais pourtant bien voulu apprendre à parler le biélorusse
Avant de faire un infarctus



////
Tina Cylence : guitare, chant
Clovis Ferdeus : chant, instruments divers